Foire aux questions salariés

Non, le médecin du travail possède un effectif d’entreprises défini en fonction de divers critères dont le secteur géographique. Ni le salarié ni le chef d’entreprise ne peuvent choisir leur médecin du travail.

Comme tout médecin, le médecin du travail est soumis au secret médical et au secret professionnel. Les informations échangées en lien avec l’état de santé sont couvertes par ce secret. Le dossier, les résultats d’examens,… ne peuvent pas être divulgués à l’employeur.

Tous les salariés sont pris en charge par un professionnel de santé dès l’embauche quel que soit le contrat (CDI, CDD ou intérim) :

  • soit lors d’une visite d’information et de prévention initiale pouvant être réalisée par un Infirmier en santé au travail et donnant lieu à la délivrance d’une attestation de suivi, dans le cas d’un salarié n’occupant pas un poste à risques particuliers. Il est à noter que pour ces salariés la notion d’aptitude disparaît ;
  • soit lors d’un examen médical réalisé par un médecin du travail et donnant lieu à la délivrance d’un avis d’aptitude, dans le cas d’un salarié exposé à des risques particuliers.

L’attestation de suivi de la VIP et/ou l’avis d’aptitude sont à conserver précieusement par le salarié. 

L’examen sollicité par votre employeur, par le Médecin du travail directement ou le salarié, acquiert un caractère obligatoire.

Pour l’employeur, faire réaliser le suivi de santé de son salarié participe au respect de ce que l’on appelle « son obligation de sécurité et de résultat ».

Le refus de se rendre à un examen obligatoire peut entrainer la mise en œuvre d’une procédure disciplinaire par l’employeur à l’égard de son salarié.

Selon l’article R. 4624-28 du code du travail, le temps nécessité par les examens médicaux, y compris les examens complémentaires, est soit pris sur les heures de travail des salariés sans qu’aucune retenue de salaire puisse être opérée, soit rémunéré comme temps de travail normal lorsque ces examens ne peuvent avoir lieu pendant les heures de travail.

Les temps et les frais de transport nécessités par ces examens sont pris en charge par l’employeur.

Si toutefois il n’y a pas d’autres possibilités (travail de nuit par exemple), le service de prévention et de santé au travail doit en être informé afin d’adapter le jour et l’heure du rendez-vous.

Dans ce cas précis, un arrangement peut-être trouvé et l’heure sera récupérée ou payée au niveau de l’entreprise.

L’intérimaire comme tout autre salarié bénéficie d’un suivi médical. La visite médicale d’embauche doit être demandée par l’agence d’interim pour les différents postes (dans la limite de 3) qu’il occupera dans ses différentes missions.

Le test urinaire

Il est proposé pour toutes les expositions professionnelles à risque pour le fonctionnement rénal ou nécessitant un fonctionnement rénal normal pour ne pas aggraver l’impact sur la santé.

Il permet également de dépister de nombreuses pathologies qui peuvent passer longtemps inaperçues (diabète, problèmes rénaux, infection urinaire, lésions de l’appareil urinaire ou de la prostate…).

Le test auditif

Il permet de :

  • Déterminer le seuil de votre capacité à entendre, fréquence par fréquence, et de vérifier l’état de l’audition
  • Dépister de manière précoce des lésions auditives
  • D’assurer un suivi des personnes exposées au bruit

Le test visuel et le champ visuel

Ce test permet de déterminer le seuil de votre capacité à voir, de loin comme de près. Il permet également de vérifier si vous avez un problème de vision des couleurs,  un problème qui augmenterait la fatigabilité en vision de près, si vous avez un problème dans la vision des reliefs.

La vue est un élément important de la sécurité.

Le test sera réalisé avec la correction habituellement portée, sauf instruction contraire du médecin du travail.

Alors n’oubliez-pas d’emmener votre correction pour la consultation !!

L’Exploration fonctionnelle respiratoire (EFR)

Ce test permet d’évaluer votre souffle.

Il permet de diagnostiquer des pathologies respiratoires atteignant le fonctionnement des bronches (asthme, troubles obstructifs ventilatoires…).

L’Électrocardiogramme

Il permet l’enregistrement du fonctionnement de votre cœur, par un appareil, pour dépister et enregistrer les troubles du rythme cardiaque.

Examens complémentaires prescrits

Selon l'article R. 4624-25, le médecin du travail peut prescrire les examens complémentaires nécessaires :

  • A la détermination de l’aptitude médicale du salarié au poste de travail
  • Au dépistage des affections comportant une contre-indication à ce poste de travail
  • Au dépistage d’une maladie professionnelle ou à caractère professionnel susceptible de résulter de l’activité professionnelle du salarié
  • Au dépistage des maladies dangereuses pour l’entourage du salarié

« Art. R. 4624-27 : En cas de désaccord entre l’employeur et le médecin du travail sur la nature et la fréquence de ces examens, la décision est prise par le médecin inspecteur du travail. »